Théo Complot

Disque Dropa

Les disques de pierre de Baian Kara Ula

QU’ONT EN COMMUN ROSWELL ET L’INVENTEUR DU PHONOGRAPHE ? ABSOLUMENT RIEN. OU PRESQUE…

Presque, car si la découverte de ce que je m’apprête à vous raconter se confirme, Roswell n’a pas été le premier crash d’OVNI sur Terre, tel que classé par l’Ufologie moderne, et Charles Cros, Charles Tainter et Thomas Edison n’ont pas été les véritables précurseurs du tourne-disque.   

L’HISTOIRE GRAVÉE

La province du Sichuan est la plus grande et la plus peuplée des provinces chinoises. Elle compte environ 100 millions d’habitants. Située à l’est du Tibet, la grande majorité de sa population vit dans la région orientale plate, tandis qu’à l’ouest, qui est une grande région montagneuse limitrophe du Tibet et difficile d’accès, vit une petite population dispersée. Ces régions montagneuses de l’Himalaya avaient la réputation, à l’époque, de regorger de trésors archéologiques, religieux et surtout ésotériques.

Himalaya

Dans ce contexte, trois “puissances” menaient, peu avant la seconde guerre mondiale, des recherches intenses, la Russie, l’Allemagne et la Chine. L’Allemagne nazie était la seule, à faire des recherches archéologiques en dehors de ses frontières, notamment dans les montagnes de l’Himalaya, mais elle s’arrêta à Lassa, au Tibet.

Bayan Kara Ula

C’est dans ces régions, plus précisément dans les montagnes de Baian Kara-Ula, ou Bayan Har Shan, qu’en 1938 une équipe d’archéologues chinois, dirigée par le professeur Chi Pu Tei de l’université de Pékin, a étudié en détail un réseau de grottes interconnectées. Ils découvrent alors un étrange cimetière intérieur composé de tombes parfaitement alignées. À l’intérieur des tombes, des squelettes humains ont été découverts, mais avec des caractéristiques inhabituelles : ils étaient petits (environ 1,20 mètre), minces, et les crânes étaient disproportionnés.

Squelette Dropa

Excités par cette découverte, le professeur Chi Pu Tei et son équipe se sont concentrés sur l’étude des squelettes. C’est à ce moment-là qu’un membre de l’équipe est tombé sur un objet à moitié enterré dans le sol de la grotte. L’objet a été retiré et s’est révélé être un disque de pierre d’1 centimètre d’épaisseur et de 30 centimètres de diamètre. Au milieu se trouvait un grand trou d’où sortaient, perpendiculairement, des rainures incurvées, des sortes de double-sillons, qui se dirigeaient, en spirale, vers le bord externe du disque.

Disque de Dropa

Toute l’équipe s’est rassemblée autour de l’étrange objet en essayant de comprendre ce que c’était, et à quoi il servait. Il ressemblait à un disque de gramophone de l’âge de pierre. Enfin, un examen plus approfondi a révélé que chaque rainure était constituée de deux lignes de caractères étranges, très serrés.

Parallèlement, des peintures rupestres ont également été découvertes sur les murs de la grotte, illustrant des êtres avec des casques ronds.

Il y avait également des gravures illustrant le Soleil, la Lune, la Terre et quelques étoiles, au milieu de groupes de points, de la taille d’un pois, qui semblaient tomber vers la Terre. D’autres gravures illustraient les mystérieux disques.

Gravures rupestres

Sept cent quinze autres disques similaires auraient été trouvés à l’intérieur des pierres tombales. Personne ne pouvant identifier la signification des caractères enregistrés, les disques ont été emballés, numérotés et envoyés à Pékin.

Dropa disques

Les premiers rapports de Chi Pu Tei suggéraient que les squelettes d’une espèce inconnue de gorille avaient été découverts, et que les disques avaient été placés là par une civilisation ultérieure. Mais cette théorie a valu au professeur d’être largement ridiculisé: les gorilles n’ont pas l’habitude d’enterrer leurs morts…

RÉVÉLATIONS ?

Pendant ce temps, en 1947, un scientifique anglais, le docteur Karyl Robin-Evans, aurait reçut un étrange disque de pierre d’un professeur polonais, le professeur Lolladof. Lolladof lui aurait dit que l’objet provenait d’un mystérieux groupe ethnique asiatique appelé Dzopa, et qu’il était utilisé dans des rituels religieux. Robin-Evans aurait alors décidé de partir à la rencontre de ce peuple mystérieux, et se serait donc rendu au Tibet. Dans les montagnes de l’Himalaya, il aurait été abandonné par ses porteurs tibétains qui seraient retournés au Tibet. Ils auraient eu peur d’aller dans les montagnes de Baian Kara-Ula. Têtu, le médecin aurait décidé, malgré beaucoup de difficultés, d’atteindre sa destination. Il serait parvenu à s’intégrer progressivement au peuple Dzopa, apprenant leur culture et leur langage.

Dzopa

Puis, il aurait reçu, de la part de son principal enseignant, des informations directes selon lesquelles les Dzopas étaient originaires d’une planète du système Sirius, qu’ils étaient arrivés sur Terre pour la première fois il y a 20 000 ans et que lors de la dernière expédition, en l’an 1014, un de leurs vaisseaux s’était écrasé, laissant ses occupants dans l’incapacité de revenir, ni, à priori, d’être secourus.

Le Dr Karyl Robin-Evans serait décédé en 1974. Le récit de son expérience avec les Dzopas a été publié en 1978.      

TRADUCTIONS EMBARRASSANTES

Pour en revenir à la découverte du professeur Chi Pu Tei, plus de vingt ans se sont écoulés, pendant lesquels de nombreux spécialistes ont tenté de traduire les écrits enregistrés sur les disques, sans résultat. Jusqu’à ce qu’un autre archéologue, le professeur Tsum Um Nui, affirme avoir découvert le code.

Tsum um nui

L’interprétation fantastique des hiéroglyphes, selon la méthode de Tsum Num Nui s’est avérée extrêmement dérangeante, et le département de préhistoire de l’Académie des sciences de Pékin a décidé d’empêcher l’archéologue de publier les résultats de ses travaux. Parallèlement, les analyses chimiques des disques ont révélé un mélange d’une quantité importante de cobalt et d’autres métaux inconnus dans leur composition. Des scientifiques russes ont demandé à voir les disques et quelques échantillons furent envoyés à Moscou. Là, ils ont été débarrassés des particules de roche collées aux surfaces.

Une analyse plus poussée a confirmé que la composition était un mélange de métaux, avec une prédominance de cobalt, et une expérience a été menée avec un plateau tournant spécial. À la surprise des scientifiques russes, les disques ont vibré, émettant une certaine résonance rythmique à haute fréquence. Les conclusions de l’expérience sont que les disques ont été exposés à un moment donné à des tensions très élevées, comme s’ils faisaient partie d’un circuit électrique.

Les disques de dropa

En 1963, le professeur Tsum Um Nui parvient enfin à publier son rapport, qui est mal accueilli, notamment par les scientifiques occidentaux. Ridiculisé, fatigué, Tsum Um Nui émigre au Japon où il meurt en 1965.

Sa traduction des écrits parle d’habitants d’une autre planète arrivés sur Terre il y a 12 000 ans, dont le vaisseau se serait écrasé dans cette région aride, et qui a été tellement endommagé qu’il n’a pu être réutilisé ou réparé. Ces étrangers sont d’abord passés inaperçus aux yeux des habitants de la région, le peuple Ham (Kham). Pendant un certain temps, ils ont été chassés à mort par des cavaliers d’origine inconnue.

Extraterrestre dropas

Une partie de la traduction dirait : « Les Dropas sont arrivés des nuages avec leurs planeurs. Dix fois les hommes, femmes et enfants Ham se sont cachés dans les grottes jusqu’à l’aube. Finalement, ils ont compris le langage des signes des Dropas, et ont réalisé qu’ils étaient pacifiques.” Il faut bien noter ici les différences dans le nom attribué à ce peuple, Dzopa ou Dropa. Il faut savoir aussi que, alors que l’on prononce Dropa, en tibétain les “k” et les “p” sont souvent silencieux, et localement les Dropas sont également connus comme les “Drokpas”…

UNE LÉGENDE VIVANTE

Les analyses auraient finalement révélé que les documents, les gravures rupestres et les squelettes avaient tous 12 000 ans.            

On peut toutefois regretter la faible diffusion des documents relatifs à cette découverte, notamment en ce qui concerne les gravures rupestres et les squelettes. Mais comme toutes les ramifications de l’histoire se sont transformées en un labyrinthe au fil des divers récits, on espère toujours de nouveaux développements dans les recherches pour l’avenir. 

Dans les montagnes de Baian Kara-Ula, il existe une très vieille légende. Une légende populaire encore racontée par les habitants de cette région perdue. Une légende qui raconte que des petits êtres au visage jaune sont venus des nuages il y a très longtemps. Ils avaient une tête énorme et un corps petit et faible. Ils étaient si laids et répugnants que les membres des tribus locales les ont chassés.

Certains récits, connus des archéologues, font état de l’existence des tribus Ham et Dropa. Il n’a pas été possible d’établir précisément les racines ethniques de ces peuples, que ce soit du côté chinois ou tibétain.

Nous avons personnellement reçu le témoignage d’un membre d’une expédition qui eu lieu vers la fin des années 80 entre le Sud de la Chine et l’Europe. Arrivés dans les montagnes de la région de Xi’an, dans un petit village, certains membres ont aperçu des petit êtres avec de grosses têtes qui, apeurés, ont pris rapidement la fuite vers les montagnes…

Tribu dropa

En 1995, les chaînes d’information chinoises ont rapporté que 120 êtres humains d’une tribu ethnologique non encore classée avaient été découverts dans la province du Sichuan. La taille maximale des adultes était de 1 mètre de haut. À ce jour, aucune explication n’a été confirmée quand à la cause de cette anomalie morphologique. Cette ethnie serait elle reliée à l’origine des Dropas?…

LES DISQUES PARTIS EN POUSSIÈRE

Mais, quelle est la véracité de cette affaire, quelle est la fiabilité de ses fondements et que reste-t-il de toute cette histoire?

Regardons de près des éléments contradictoires, diffusés à partir des années 90, par dessus certains faits essentiels.

PREMIERS ARTICLES

C’est au début des années 1960s que l’on trouve les premières mentions connues de ce qu’on appellera plus tard le « Roswell chinois », dont la découverte aurait eu lieu lors d’une expédition de l’archéologue chinois Chi Pu-Tei en 1938.

Les pierres Dropa auraient été mentionnées pour la première fois le 9 février 1960 dans le journal russe “Literaturnaya Gazeta”, dans un article de Matest Mendelevich Agrest, physicien et mathématicien russe de confession juive, fondateur officiel de la théorie des “paléovisites”.

literaturnaya gazeta

Puis l’histoire fut reprise dans le « Current Digest of the Russian Press« , un magazine en langue russe publié en Amérique.

Mais la toute première référence à cette histoire, admise par la presse occidentale, provient de l’édition de juillet 1962 du magazine végétarien allemand “Das vegetarische Universum”. 

L’histoire, qui fera sensation, parle des découvertes étranges dans les montagnes entre la Chine et le Tibet.

L’article du “Das vegetarische Universum” sera repris quasi-intégralement par le magazine “UFO Nachrichten”, dans le numéro 95 de juillet 1964, deux ans plus tard, à peine remanié par son auteur, Reinhardt Wegemann, celui-ci ajoutant la mention de l’archéologue Tsum Um Nui.

nachrichten

L’histoire est alors reprise l’année suivante dans plusieurs autres journaux comme le bulletin du BUFOI (Organisme ufologique belge).

Finalement, ce n’est vraiment qu’à partir de 1967 que l’histoire se répand avec succès, avec les articles du Dr Vyacheslav K. Zaitsev, notamment celui du numéro de juin 1967 du magazine soviétique “Sputnik”, qui font traînée de poudre jusqu’au USA, puis dans le monde.

sputnik magazine

Elle est également reprise en 1968 par Erik Von Däniken qui publie un best-seller, “Présence des extra-terrestres” ( Chariots of the Gods), dans lequel il fait mention de l’histoire des Dropas. 

Par ailleurs, Gordon Creighton, un ufologue britannique, directeur de la revue FSR (“Flying Saucer Review”), commence à enquêter sur l’histoire.

Flying saucer review

Cette année-là il commence par écrire à un ingénieur soviétique de Moscou, alors secrétaire « non-officiel » d’un groupement d’enquête sur les ovnis, pour lui demander plus d’informations sur ce cas. Ce dernier lui répondit que Zaitsev n’a pas mené d’enquête lui-même et n’a fait que reprendre les récits publiés dans les revues allemandes “Das vegetarische Universum” et “UFO Nachrichten”. 

LES DISQUES FURTIFS

En 1974 un ingénieur allemand, Ernst Wegerer, visite le musée de Banpo près de Xi’an (dans la province de Shaanxi, en Chine) et tombe sur deux disques correspondant à la description du rapport de Tsum Um Nui de 1962. Ils contiennent un trou au centre et Wegerer pense même reconnaître des hiéroglyphes dans les rainures gravées en spirale, quelque peu émiettés cependant.

Musée banpo

Il demanda plus de détails sur l’objet à l’ancienne responsable du musée, qui ne parvint pas à fournir d’autres informations que l’indication qui était présente dans le musée lui-même: des “objets de culte”. Néanmoins, Wegerer est autorisé à tenir un des disques. Il estima le poids à 1 kg, et le diamètre à 30 cm.

Disques dropa banpo

Il pu prendre des photographies des deux disques sur lesquels on ne distingue pas les “rainures de hiéroglyphes », à priori trop abimées, mais plutôt certainement trop petites pour le genre de prise de vue qu’il put faire.

UN CERTAIN BEST SELLER

En 1978 paraît “Sungods in Exile” (Dieux-Soleil en exil), un livre dont l’auteur mentionné serait le Dr Karyl Robin-Evans, mais qui aurait en fait été rédigé par un autre auteur, David Agamon. L’ouvrage relate l’histoire, par Robin-Evans, décédé quatre ans plus tôt, telle qu’il l’aurait racontée à Agamon. 

Sungods in exile

v

Sous-titré “Secret Gods of the Dzopa” (Dieux secrets du Dzopa), l’ouvrage relate l’expédition de Robin-Evans vers le « mystérieux territoire des Dzopas”. Peuple qui serait issu d’un métissage entre la peuplade d’un territoire à la frontière sino-tibétaine et les survivants d’un crash de vaisseau extraterrestre, il y a des milliers d’années de cela. Il présente divers éléments pour soutenir son histoire, tel le disque de Loladoff…

Le livre reçoit un écho considérable, et en dépit des premières critiques de Gordon Creighton, l’histoire est reprise par de nombreux auteurs.

EXTRAPOLATION OU FALSIFICATION?

En fait, le livre aurait été écrit par un certain David Agamon, plus exactement David A. Gamon, qui aurait affirmé qu’il s’agissait d’un canular créé par lui-même, comme une satire de l’idée que « dieu serait un extraterrestre”, s’inspirant ainsi du succés de “Chariots of the Gods” de Erik Von Däniken…

Chariots of the gods

Il l’aurait écrit dès 1979 à Vladimir Rubtsov, professeur de mathématiques et auteur:

“Cher M. Rubtsov,

Merci pour votre lettre du 16 juillet (…). Je n’ai pas vu le passage de mon livre auquel vous faites références et cela pourrait très bien être trompeur. J’ai écris « Sungods » avec deux intentions sérieuses: d’abord, de considérer les implications politiques, religieuses, philosophiques de contacts préhistoriques, et ensuite, de me moquer de ceux qui acceptent trop facilement de telles histoires sur la base d’éléments trop faibles ou inexistants (…). Mon but, en bref, a été de satiriser le type de livre de contacté, très courant ici et aux USA, qui vise un lectorat sans esprit critique ainsi que certains aspects de la vie moderne (…).

Avec mes meilleurs voeux,

David Gamon (« Karil Robin-Evans”) »

Vladimir rubtsov

Ainsi que le samedi 10 janvier 1981:

“Cher M. Rubtsov,

Enfin je peux vous envoyer une copie de « Sungods in Exile ». Je dois vous rappeler qu’il s’agit d’une fiction et d’une satire sur l’acceptation trop facile de l’idée que la vie, ou une vie est arrivée de l’extérieur de cette terre par transplantation; nombre de gens acceptent cette conclusion sans chercher de preuves.

Avec mes meilleurs voeux, …”

Des articles suivront, et surtout une autre lettre de Gamon au magazine “Fortean Times”, où il déclare : “Les années devinrent maussades. Malgré un livre qui marchera, sur les soucoupes volantes, ma propre carrière littéraire resta obstinément clouée au sol.” 

Deux ans plus tard, le même magazine, publie une nouvelle lettre de Gamon sous le titre « Sungods in Cuckoo Land” (Dieux-Soleil au pays du coucou), ou ce dernier indique: “Mon canular favori sera toujours “Sungods in Exiles: Secrets of the Dzopa of Tibet” du Dr Karyl Robins-Evans, scientifique qui explora les forteresses de leur montagne et révéla comment cette race avait pauvrement survécu dans cette région, après que leur vaisseau se soit écrasé il y a de nombreuses années. Ce livre fut publié par Neville Spearman il y a 13 ans et republié en couverture rigide par “Sphere”. L’auteur de cette blague a reçu une correspondance nourrie à ce sujet, d’aussi loin que jusqu’à Kiev. Ne me demandez pas comment je le sais.”    Signé: David Gamon, Bristol. 

Bob Rickard, rédacteur-en-chef du magazine, intrigué par la différence de son nom avec celui de David Agamon, le rédacteur des supposées notes de Karyl Robin Evans, il décida de l’appeler.

Bob Rickard

Au téléphone, Gamon confirma sans difficulté que le livre-canular sur les soucoupes volantes dont il parle est bien “Sungods in Exile”.

Finalement, c’est cela qui est réellement étrange: pourquoi David Gamon s’évertue-t-il à vouloir nous faire admettre qu’il a commis un canular, alors que l’histoire originale ne comporte aucun indice pouvant laisser croire àune invention, ce serait plutôt bien le contraire? Y a-t-il réellement une part importante d’extrapolation fictive dans ses écrits, qui aujourd’hui, représentent une part importante de référence sur cette histoire?

UNE BRÈVE ENQUÊTE

En mars 1994, Hartwig Hausdorf et Peter Krassa s’efforcent de suivre la piste du témoignage de Wegerer à propos du musée de Banpo. Le professeur Wang Zhijun, son nouveau responsable, les accueille, mais les informe rapidement que l’ancienne responsable a été retirée de son poste quelques jours après la visite de Wegerer (…), indique qu’on ne peut trouver aucun de ces disques au musée, et de manière quelque peu contradictoire: “Les disques de pierre que vous avez mentionnés n’existent pas, mais étant des éléments étrangers à ce musée d’articles de poterie, ils ont été déplacés”… 

Sans aucun doute, cette contradiction à peine voilée rajoutera de la crédibilité au récit original.

Par la suite, Hartwig Hausdorf écrivit “The Chinese Roswell” (Le Roswell chinois) publié en 1998, un autre best seller.

Hartwig Hausdorf

Les disques vus par Wegerer étaient-ils liés à l’histoire des Dropas?

Cette histoire a-t-elle en fait été romancée à partir de disques anciens courants, issus de découvertes archéologiques?

Ou l’affaire a-t-elle dû être censurée par divers services, à une époque où l’ouverture de la Chine devenait une priorité nationale, en entamant son chemin vers le “un pays, deux systèmes”?…

Disques dropas

Toujours est-il que les disques chinois anciens, de pierre, ne sont pas rares, mais n’ont couramment pas les particularités décrites pour ceux des Dropas de Baian Kara-Ula.

Parfois, bien que difficilement, on peut retrouver des traces anciennes, de cette affaire, comme par exemple le numéro de “Das vegetarische Universum” de juillet 1962, qui a été retrouvé en 1996 par un enquêteur allemand, Jörg Dendl. Nous sommes toujours à la recherche d’une copie…

Jorg Dendl

Quoi qu’il en soit, malgré les explications insistantes de Gamon à propos de son canular, l’histoire des dropas circulait déjà bien avant ses propres écrits.

Et elle continue à être racontée encore et encore aujourd’hui, généralement, et malheureusement, en se basant un peu trop facilement sur l’histoire de “Sungods in Exile”, et souvent avec divers ajouts ou déformations.

Beaucoup ont repris des recherches sur les bases de tous ces éléments connus, des chercheurs de tous horizons, mais ce labyrinthe semble criblé d’impasses. 

Nous en avions parlé avec Sun Shi Li, lors de notre conversation mentionnée dans un article précédent. Celui-ci avait répondu qu’il avait peu d’informations à ce sujet, mais qu’il estimait l’histoire originale tout à fait probable.

Sun shi li

L’apparition de ce conte extraordinaire dans les années 1960 est le réel point de départ de sa popularité.

On peut se demander si son origine remonterait réellement plus loin que cette période, de laquelle on ne retrouve que très difficilement des traces des personnages et le nom des auteurs d’articles et des organes de presse.

Mais on ne saurait affirmer catégoriquement que tout ce récit est faux.

Même s’il n’existe plus que très peu de pistes concrètes à explorer, pour tout chercheur qui serait tenté de reprendre l’enquête aujourd’hui.

Reinhardt Wegemann

Dans son article de 1964, Reinhardt Wegemann écrit ceci:

“Tout cela est quelque peu confus. Mais cela ne change rien au mystère hiéroglyphique de Baian-Kara-Ula, qui devient encore plus complexe du fait que les parois de la grotte présentent des images sculptées des plaques d’écriture, du soleil levant, de la lune et des étoiles et, entre elles, des essaims entiers de points de la taille d’un pois, qui se rapprochent en un mouvement élégant des montagnes et de la surface de la terre.”

La fumée n’est pas de la brume, et il n’y a pas de fumée sans feu. Et cette fumée, cette histoire du peuple Dropa venu des astres lointains, pourrait avoir laissé, au minimum, un sens symbolique flottant dans les airs, et participé à ouvrir une fenêtre dans nos consciences…